mercredi 20 juin 2018

Confessions


Un peu hésitante, elle se tient contre le chambranle de la porte.
"Thomas ?"
Pas de réponse.
"S'te plait, je peux sortir maintenant ?"
Toujours pas de réponse.
Elle en déduit que la réponse est non et retourne s'assoir sur son lit. Elle sait qu'il est contrarié. Fâché même.

Bon, c'est clair qu'elle n'échappera pas à un savon en règle. Ce n'est jamais agréable. Elle se sent toujours tellement mal pendant. Elle s'en veut de le décevoir et de le mettre en colère. Tout ce qu'elle sait faire dans ces moments c'est demander pardon. Elle veut ses bras autour d'elle, elle veut qu'il la rassure, elle veut lui jurer qu'elle sera sage mais il n'aime pas les mensonges...
Mais en même temps... une fois l'orage passé... il lui arrive de repenser à ce moment et elle aime ça. En gronderies, elle n'aime pas le direct mais adore les rediffusions... parce qu'on sait comment ça se termine et qu'on sait qu'il y a un happy end... Les savons de Thomas lui servent parfois quand il lui vient des envies sous la douche...

Elle retourne à la porte.
"Thomaaaas... je peux venir ?"
Silence.
Elle se demande d'un coup s'il est mort ou endormi et se traite d'idiote d'avoir de telles pensées. Elle retourne sur le lit. Après l'avoir bien grondée, évidemment, il va lui mettre une fessée. Une de celles qu'elle craint parce qu'elle sait que ce sera humiliant et douloureux, mais dont elle n'a pas peur parce qu'elle sait que s'il veut qu'elle retienne la leçon, il ne veut sûrement pas lui faire mal. Juste assez embarrassant pour écorcher son orgueil et que ça lui soit désagréable... et juste assez douloureux pour lui rappeler de se tenir tranquille quelques jours. Mais ça aussi, elle sait que son corps la trahit et qu'elle ne peut pas cacher l'effet de ça lui fait. C'est bien pour ça que lorsqu'il est vraiment fâché, il lui interdit d'en profiter.... et la frustration l'excite encore plus...

Elle en est là dans ses pensées quand elle l'entend à la porte. Il a son visage sévère. Elle baisse la tête et se prépare. Non, elle n'est pas fière d'elle. Oui, elle en a quelque chose à faire de l'avoir déçu. Non, elle n'a pas réfléchi avant. Oui, elle fera des efforts. Oui c'est promis. Non ce n'est pas la peine de la punir en lui faisant écrire. Oui, elle a compris la leçon.


Le "Penche-toi" était sans appel. Il a baissé son pantalon et sa culotte jusqu'aux chevilles. Elle l'a entendu défaire sa ceinture. Il l'a punie jusqu'à ce qu'elle soit au bord des larmes. Ensuite il l'a mise au coin sans un mot de réconfort et ça, ça l'a fait pleurer.
Au bout de quelques minutes, elle l'a senti qui l'enlaçait par derrière. Il a posé sa tête sur son épaule "ça va ?". Elle s'est retourné et a enfoui sa tête dans ses bras qu'elle avait mis autour de son cou. Il a répété "ça va ?" et elle a hoché la tête. Il lui a embrassé les cheveux. Elle a relevé la tête et .... "Thomas.... j'ai envie de toi."













1 commentaire:

  1. Merci, les émotions passent super bien. Tu n'écris pas souvent, mais quand tu le fais, ça fait mouche à tous les coups ;-)

    RépondreSupprimer