jeudi 27 septembre 2018

Juste un oubli

Elle est debout, au coin, mains sur la tête. Et elle est sage. Très sage. Trop sage même à y réfléchir… il la regarde, dubitatif, légèrement inquiet de ce calme inhabituel.

Déjà quand elle est arrivée, il l’a trouvé étrangement calme. Il lui a demandé son carnet et lui a dit d’aller au coin. Comme d’habitude. Il part du principe que s’il y a quelque chose à lire dans le carnet, c’est que déjà, elle mérite un tour au coin. Et évidemment, plus il y a à lire, plus le séjour au coin est long. Il ne se rappelle pas une seule fois où elle y soit allée sans rechigner.

Sauf aujourd’hui.

Au coin, elle fait attention à être le plus sage possible. Elle sait qu’elle va en prendre pour son grade dans quelques minutes. Faire profil bas lui a semblé être la seule chose à faire pour ne pas attiser les choses. Elle a oublié. Simplement oublié… Et lui aussi sûrement. Seulement c’est écrit, noir sur blanc dans le carnet qu’il est en train de lire. Et elle va avoir de gros problèmes. Encore plus que ce qu’elle savait déjà avoir. D’un coup, elle regrettait les quelques insolences qu’elle avait glissé ça et là en plus de ce qu’il lui avait dit d’écrire.

Il tourne une autre page et croit avoir trouvé la raison de ce calme inhabituel.

« - C’est bon, viens maintenant. »

Comme à son habitude, elle vient se placer devant lui, attendant que le sermon commence.

« - Tu me parais bien calme aujourd’hui. Il y a une raison particulière à ça ?

- Non… j’essaie d’être sage, c’est tout…

- hmm hmm… où est la punition que tu devais faire ? »

Ca y est… on y est… elle sent ses joues devenir rouges et baisse les yeux.

« - Je l’ai oubliée…

- Oubliée ? Chez toi ?

- Non… »

Devant son air perplexe, elle poursuit…

« - Je voulais la faire ! Mais je pensais avoir le temps et puis j’ai oublié… Je suis désolée !

- Tu te fiches de moi ? Les punitions que je te donne ne sont pas optionnelles !

- Mais je vais la faire… promis… j’ai juste oublié…

- Bien sûr que tu vas la faire ! Juste après avoir pris la fessée que tu mérites pour ta négligence ! Enlève ta jupe et ta culotte, tu ne vas pas en avoir besoin pendant un moment !

- Mais … ???!!

- Mais quoi ? Au lieu des 20 lignes à faire tranquille chez toi, ce sera 40 maintenant, cul nu sur cette chaise et les fesses bien rouges ! Obéis, dépeche-toi. »

Les joues aussi rouges que le seront ses fesses dans un moment, elle enlève sa jupe et sa culotte. Puis elle vient se placer honteuse sur ses genoux qui l’attendent.

La fessée est sévère d’entrée. Elle ne tarde pas à essayer d’esquiver les claques, interpose sa main qui se retrouve aussitôt immobilisée. Elle se met à donner de la voix en le suppliant de s’arrêter. C’est justement ce moment qu’il choisit pour la gronder de plus belle. Sa voix est ferme et sévère. La culpabilité, la douleur et sa déception la mène bientôt aux larmes. Elle abandonne toute fierté et reçoit la fin de sa fessée en pleurant.

Il l’aide à se relever et lui désigne une chaise, va chercher un stylo, des feuilles et une boite de mouchoirs qu’il pose devant elle.

« - Tu as interdiction de parler ou de bouger de cette chaise avant d’avoir terminé tes 40 lignes. Ensuite tu auras 20 coups de ceinture pour les 20 lignes non faites. Et après 20 min au coin, tu auras le droit de te rhabiller et tu pourras venir faire un câlin. »

Elle n’aura jamais été aussi sage que ce jour-là. Les lignes ont été faites en silence comme ordonné. La ceinture lui a tiré quelques larmes de plus et le coin a pour une fois été le bienvenu, elle a pu se calmer et ravaler la honte de cette punition. Et enfin… après, elle est allée se réfugier dans ses bras en enfouissant la tête dans son cou.

Merci à @Doz pour son illustration :)


2 commentaires:

  1. La prévenance du monsieur qui lui glisse une boite de mouchoir, j'aime beaucoup :)

    RépondreSupprimer
  2. Arfff, que voulez-vous... j'ai un gros faible pour les pas commodes hyper gentils et prévenants *soupir*

    RépondreSupprimer