mercredi 13 mars 2019

Et un... Et deux... Et trois zéros !



Ce n'est peut-être pas un hasard si le mot "con" s'écrit en 3 lettres.

#comprennequipourra
#cestrigololeshashtags
#yaunlienàsuivrecestunejoliemusique
#queceuxquisesententvisésserassurent,ilslesont
#jaiduoubliédemangerduchocolat

10 commentaires:

  1. Je me sens grave visée sur le dernier hashtag.

    Moi j'en ai mangé deux tablettes cette semaine, résultat : je ne suis qu'amour et j'ai eu envie de m'accoupler en plein biocoop.

    RépondreSupprimer
  2. C'est tout dans mon ventre...
    Je fais une préparation féroce before Pâques, histoire d'être bien performante. Quand je pense que je n'ai pas aimé le chocolat pendant 30 ans.

    La patience va de pair avec la compréhension et l'empathie, c'est ce qu'on donne aux gens qu'on aime. Dans une relation, il faut être au moins deux mais quand l'autre veut qu'elle se limite à lui seul sans réellement l'admettre... alors le va te faire foutre est essentiel. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ce matin je me suis fait la réflexion que "nul" aussi c'était en 3 lettres... J'étais en train d'écouter une émission de radio sur France Inter (la vache ... France inter quoi ! ... en plus je vieillis...) sur les rencontres amoureuses sur internet. Pas tout à fait mon sujet mais pas si loin ... Et à un moment un mec donnait une définition du terme rencontre et wow... Je pense que je vais ré-écouter, la noter et que ça va me faire mon prochain profil ;)

    Mais sinon ça va, j'ai retrouvé une boîte de Ferrero, je vais avoir le "va te faire foutre" plus doux :p

    RépondreSupprimer
  4. https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-14-mars-2019

    A partir de la minute 34 sur la rencontre, mais le reste est intéressant aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Je vais écouter.

    J'essayais d'ouvrir une pièce jointe pour montrer un truc à une collègue et, à la place -pensant lui montrer ma pièce jointe- je lui ai montré "Peut-on vraiment trouver l'amour grâce aux applis et sites de rencontre ?".

    Grand moment de joie sociale.

    j'ai eu un "tes amis ont l'air très impliqué dans ta vie". ;D

    p.s. : "cul" aussi s'écrit en trois lettres, de là à en tirer certaines conclusions, il n'y a qu'un pas. ^^

    RépondreSupprimer
  6. Ce que j'ai ri ! J'imagine la scène. Et oui je suis impliquée dans ta vie :p depuis un certain mp mdrr !

    N'empêche... Si je veux être juste... Top aussi c'est en 3 lettres... Mais pourquoi faut-il absolument passer de top à nul... ?

    RépondreSupprimer
  7. Mais tu sais que j’y pense pas mal en ce moment… Enfin, pas comment trouver l’amour sur internet, bien évidemment, et je suis limite réfractaire sur le principe. Vouloir chercher quelque chose d'aussi insaisissable en le codifiant et par le biais du net… Je ne peux pas m’empêcher de trouver ça hyper badant. J’ai cependant été saisie ainsi, dans tous les sens du terme oui -j’ai envie de l’exprimer avec ce petit côté graveleux qui n’est pas pour me déplaire en ce lundi 18 mars- par le sentiment amoureux plus d’une fois et en rejetant pourtant cette idée de base. Mais bref, c’est peut-être justement parce que je la rejetais que c’était évident.


    Et donc, reprenons :


    je me suis récemment vue dire que je ne voulais pas prendre la responsabilité d’une relation que je savais d’avance ne pas me convenir. On m’a opposé l’esprit d’aventure et de curiosité face à ce que je définirai comme un état de conscience (la conscience que ça va être la merde à un moment, certes, mais je parle plutôt d’un autre type de conscience). Au-delà du fait que je me suis sentie un court instant comme une vieille conne de préférer le confort de mon esprit à quelques heures de plaisir mal digérées par la suite, je me suis tout même dit : bin c’est cool, j’agis typiquement et parfaitement en accord avec mes propres valeurs et je n’en ressens aucune frustration ! (la révélation, tu sais)

    Chamane m'avait dit un truc qui peut paraître totalement anodin, mais qui m’a bien accroché l’esprit sur le moment… sur le fait de vouloir être certain que nous sommes à égalité et finalement aussi fragiles l'un que l'autre dans cet abandon. Parce qu’en le faisant, il m’a ouvert une porte sur sa propre fragilité et ça m’a détendue sur la mienne.
    Ce n’est peut-être que des mots, je ne sais pas, peu importe, mais la constater, la ressentir comme une simple donnée tout au long du processus sans que ça fasse partie de la donne, c’était agréable et intéressant. On a tous nos failles ou tout simplement une sensibilité accrue sur certaines choses, même ceux qui aiment porter leurs couilles sur le visage en pensant naïvement qu'elles se verront moins mais pouvoir se séparer de ce masque (ou de ses couilles, parce qu’il faut bien admettre que c’est un peu encombrant sur un visage et puis c’est un peu dégueulasse aussi) et ressentir pleinement cette égalité relationnelle... ça donne confiance en l’humanité de son partenaire. Je me rends compte qu’on m’a bien trop souvent demandé implicitement ou explicitement de me mettre à nu sans pour autant jouer la carte de la réciprocité et en pensant que j’allais pleinement le faire parce que je suis celle qui aime être dominée... Les fous (j’écris "les fous" mais je pense plutôt "c’est fou d’être aussi con" et pourquoi avec moi ça ne fonctionne pas puisque c’est sûr que ça doit marcher comme la majorité fonctionne sous ce système !)

    J’adore France inter. : o )
    Quand tu passeras à France culture, on en reparlera parce que ça fait déjà un paquet d’années que je me sens passée de l’autre côté de la barrière niveau écoute radiophonique. Rien que d’utiliser le terme radiophonique, vois-tu, je ne me sens pas au top de ma fraîcheur. Et ne parlons pas de radio nostalgie que je mets à fond dans ma caisse en observant le paysage qui est assez majestueux dans mon coin (il y a 10 ans, tout ce que j’aurais vu c’est : putain mais y’a pas de métro, c’est quoi ce bordel ?! Putain mais What ?! C’est un chemin de terre que je vois là ?!) je me sens like une héroïne de film. Une qui chante sur du "Macumba" de Jean-Pierre Mader, ok, mais hey ! Il en faut bien de tous les genres, des héroïnes... :-)

    Voilà, c’est probablement mon premier commentaire suite à une écoute de seulement trois minutes trente, il faut que j’écoute le reste maintenant.

    ;D

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas trop pour la fragilité... Je crois au contraire que je préfère ne pas en voir. En plus, je ne voudrais pas être mauvaise langue, mais les mecs (oh tiens mec, 3 lettres) gèrent moyennement bien la fragilité quand c'est la leur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la ressens constamment chez les autres, elle s’exprime juste différemment… disons que je préfère un certain mode d’expression plutôt qu’un autre parce qu’effectivement, quand tu rejettes cette partie de toi, la gestion que tu en fais est vraiment merdique. On la gère tous mal à certains moments mais bon, arriver à définir pourquoi et si ça vient de soi, de l'autre, des deux, ça peut être utile.

      Supprimer