mardi 23 janvier 2018

Une paire de botte


Un petit texte rapide pour illustrer le dessin de Doz


Ce soir là, elle avait tout bien préparé pour passer une bonne soirée. 

Feu de cheminée, une bonne bouteille de vin... Elle était de bonne humeur. 

Le midi pendant la pause déjeuner elle était allée au centre commercial avec deux collègues et elle avait trouvé LA paire de bottes de ses rêves. Trop belle. Un peu chère certes, mais ce n’est pas un achat qu'on fait tous les jours. Et l’occasion était trop belle, elle n’avait pas pu résister. 

Par contre, elle avait enfreint la seule règle qu’il lui imposait au niveau de son budget : pas de découvert. Mais bon… pour deux jours… dans 2 tous petits jours, elle toucherait sa paie et elle pourrait sortir son achat de sa cachette. En attendant, silence radio. 

Quand il était rentré  elle n’avait rien vu. Toute à sa bonne humeur. Ils avaient parlé de la journée et même quand il avait demandé ce qu’elle avait fait le midi, elle ne l’avait pas vu venir. 

Il n’y a que lorsque sa voix s’était durcie en lui disant qu’il avait reçu un SMS de la banque qu’elle avait compris à quel point la soirée ne serait pas aussi bonne que prévue….  Elle avait oublié ces fichues alertes automatiques par SMS… Le progrès n’en est pas toujours un… en tout cas pas là. 

Maintenant, effectivement, elle remarquait ses sourcils froncés et la colère dans sa voix « J’attends tes explications ». 

Bon…  ce n’est pas le moment d’avoir l'air trop coupable. Mais pas le moment d’avoir l’air bravache non plus… 

Evidemment, elle s’était embrouillée dans ses explications et s’était enfoncée un peu plus…  

« Donc, si je résume…  tu peux désobéir aux règles tant que je ne m’en aperçois pas ? »… 

 Arfff non ce n’est pas ce qu’elle avait voulu faire comprendre… Ne voulant pas envenimer les choses davantage, elle tenta un « Je suis désolée, pardon, je ne recommencerai pas…. ».

Mais tout se qu’elle avait récolté, avait été un « Va chercher le martinet, je vais m’assurer que tu sois désolée au moins jusqu’à ta paie». Elle avait imploré mais il était resté inflexible. Elle méritait une punition et elle l’aurait.

Voilà comment elle s’est retrouvée au coin, les fesses bien rouges et les bottes confisquées pendant 79 jours… pour les 79 euros du découvert…


                                                  There's a hole in my pocket, my pocket, my pocket


6 commentaires:

  1. "Well, these boots are made for walking, and that's just what they'll do" ♪♫
    Quand tu ne sais plus quoi dire parce que t'as récupéré les bottes discrètement et que tu t'es fait choper, encore.

    RépondreSupprimer
  2. Et donc, disais-je, espérons que les 79 jours/euros ne mènent pas aux beaux jours...

    RépondreSupprimer
  3. Mais non... il va finir par lui rendre avant ! Personne n'est aussi cruel ! ^^

    RépondreSupprimer
  4. À moins que les 79 jours n'en deviennent 790… ;)

    RépondreSupprimer
  5. Mais enfin !!!

    Non, la connaissant, elle usera de son charme pour faire commuer la peine ;)...

    RépondreSupprimer