jeudi 1 février 2018

Nocturnale



Quand il se réveille cette nuit là, il n’est pas vraiment étonné de trouver la place vide à côté de lui. Elle ne changera jamais. Peu importe les fessées qu’elle prendra, elle continuera à n’en faire qu’à sa tête.

Un coup d’œil à son réveil finit de l’exaspérer… 2h34. Il est 2h34 et sa place froide indique sans aucun doute possible qu’il y a un certain temps qu’elle a déserté le lit. Bien sûr il sait où la trouver. Ou sur son ordi à tchatter sans fin avec sa copine aussi peu raisonnable qu’elle, ou plus certainement sur le canapé, endormie devant la télé…  

10 min sont passées…  Il décide d’aller voir ce qu’elle fait. Et comme prévu, il la trouve endormie sur le canapé devant la télé qui continue de tourner. Tout à fait réveillé, il va chercher le martinet et le pose sur la table basse devant elle, puis il prend un livre et attend patiemment que la belle endormie se réveille.

Dès qu’elle ouvre un œil un peu plus tard, elle sait qu’elle va avoir des problèmes. De gros problèmes même. Il la laisse émerger un peu et lance les hostilités : « Bien dormi ? Le canapé est confortable ? »
Elle sait que la meilleure option est encore le silence… elle essaie d’éviter son regard et tourne la tête vers la table basse où l’attend le martinet… elle baisse la tête et murmure un « Mais non… »

« - Bien sûr que si. Tu es censé être au lit à quelle heure déjà ? 

- minuit trente le week-end…

- Et on s’est couché à quelle heure hier soir ?

- minuit trente…

- donc tu m’as laissé m’endormir et tu es revenue en douce pour regarder ce concert que je t’avais dit de regarder en replay demain vu l’heure ?

- ….

- Je t’écoute ! »

Elle hoche la tête piteusement.

« - Très bien. Demain c’est au lit à 21h. Et maintenant tu baisses ton pyjama et ta culotte, le martinet a rendez-vous avec tes fesses.

- 21h ???? Mais non !!!!

-20h30 si tu préfères. Pyjama et culotte, dépêche-toi.

- Non 21h c’est bien…. On ne peut pas attendre demain pour la fessée ? J’ai envie de dormir….

- C’est de l’humour ? »

Elle sait que ce n’est pas le moment d’en rajouter… elle obéit et se met en position sur ses genoux pour la fessée tout en ronchonnant, ce qui le fait sourire intérieurement. Il remonte ses manches et commence à la main doucement mais fermement. Puis la cadence accélère et elle cherche à esquiver… c’est bon signe, c’est que la fessée commence à bien se faire sentir. 

C’est ce moment qu’il choisit pour ralentir et commencer la leçon. Il la sermonne et ponctue ses phrases par de lourdes claques. Quand sa main quitte le sol pour passer prestement sur son visage, il sait que c’est le moment de conclure. Il la relève face à lui, et l’oblige à le regarder en lui soulevant le menton :

« - Rappelle-moi ce qui t’a valu cette fessée, s’il te plait.

- Je me suis relevée en douce pour regarder une émission alors que tu ne voulais pas parce que c’était trop tard.

- Et pourquoi je ne veux pas que tu veilles trop tard ?

- Parce que le lendemain je suis fatiguée, j’ai du mal à me lever et je suis de mauvaise humeur…

- Donc tu le sais tout ça…  Tu as autre chose à me dire ?

- Je suis désolée… je ne recommencerai pas, je te promets…

- Tu ne m’as pas déjà dit ça la dernière fois ? »

Elle baisse la tête, coupable

« - Si…

- Et je t’avais promis quoi si tu recommençais ?

- Non… s’il te plait… je ne le ferai plus… j’ai compris »

Il la regarde et attend la réponse à sa question, les bras croisés sur sa poitrine, déterminé à ne pas céder.

« - Tu m’avais dit que j’aurais le martinet… 

- Une promesse est une promesse, tu l’apprendras à tes dépends. Allez, mets-toi en position pour la fin de ta punition. »


Résignée, elle fait ce qu’il demande et attend avec appréhension le premier impact des lanières. Il en faudra peu pour qu’elle se mette à pleurer et à promettre de ne pas recommencer… Comme s’il allait la croire… Comme si elle-même y croyait d’ailleurs. Mais qu’importe… Pour le moment, il était grand temps de rejoindre la chambre et de la consoler.

Merci à Kalidwen pour son illustration ! 

4 commentaires:

  1. Ha mais que ne trouverais-tu pas comme excuses pour goûter du martinet en pleine nuit vilaine !

    RépondreSupprimer
  2. Quelle vilaine ! se relever en douce pour regarder la télé ! C'était pas volé, cette volée ;)

    RépondreSupprimer
  3. Oh ! Tu ne l'as jamais fait toi ? Même pas pour piquer un chocobon ? ;)

    RépondreSupprimer